Archives

Trucs & astuces pour gagner du temps en cuisine les soirs de semaine !

Il est 17 h 30, vous venez d’arriver à la maison, toute la famille est affamée et vous n’aviez rien planifié pour le souper ! Pas de panique ! À partir de maintenant, cette réalité est chose du passé ! Voici quelques trucs pratico-pratiques à intégrer à votre routine pour gagner de précieuses minutes en cuisine…

Planifier votre menu de la semaine ; une solution gagnante !

Aussi simple que cela ne puisse paraître, établir votre menu de la semaine à l’avance vous fera sauver un temps précieux. En sachant déjà ce que vous cuisinerez au courant de la semaine, vous n’aurez plus à vous poser la fameuse question « qu’est-ce qu’on mange pour souper ? ». Mine de rien, cela vous fera gagner un temps fou. Pour ce faire, inspirez-vous du menu ici-bas et des livres de recettes que vous avez sous la main.

Exemple ; Menu de la semaine.

tableau1

Le truc qui vous facilitera énormément la tâche; prendre de l’avance !

Durant la fin de semaine, prévoyez un temps pour préparer les grandes étapes de vos recettes. Exemple ; laver et couper les légumes, râper le fromage, faites cuire le riz et les pâtes, préparer les sauces et les marinades pour les viandes…  Ainsi, à votre retour du travail il ne vous restera plus qu’à finaliser votre recette et le tour est joué !

Doublez vos recettes & faites des réserves au congélateur !

Soupe, chili, lasagne, pain de viande, mijoté … ces recettes se congèlent et se réchauffent à merveille. Ainsi, pour les soirs où l’inspiration n’y est pas ou que le temps manque. Magie ! Vous avez déjà un souper de prêts sous la main !

La mijoteuse ; vous connaissez ?

Faites-en votre meilleur allié ! Vous n’avez qu’à mettre tous les ingrédients dans «ladite» mijoteuse, démarrer l’appareil et le tour est jouer.  Votre repas cuira lentement toute la journée et hop à votre retour à la maison, le souper est déjà prêt !

Préparer le souper sera dorénavant un vrai jeu d’enfants ! Bonne cuisine !

Par Véronique Isabelle, Conseillère en nutrition au Blé d’Or

Cuisiner les substituts de viande; une solution économique!

La viande, la volaille, le poisson ; sont généralement les aliments qui font augmenter le prix de la facture d’épicerie …

Voici quelques trucs pratico-pratiques pour économiser au rayon des viandes;

 

-Surveillez les rabais dans les circulaires et profitez des spéciaux pour en acheter une plus grande quantité que vous pourrez ainsi congeler sans problème en plus petites portions.

-Comparez le prix au kilo ; en effet, le prix au kilo varie d’une viande à l’autre et d’une coupe de viande à l’autre. Alors, prenez l’habitude de bien lire l’étiquette de prix et de choisir le plus avantageux. De plus, n’hésitez pas à adapter vos recettes en fonction de la pièce de viande en rabais. Vos recettes seront aussi bonnes & savoureuses !

-Soyez votre propre boucher ! En effet, il est plus économique d’acheter des poitrines de poulet non désossées par exemple et de les désosser vous-même.

Au-delà de ces astuces ; cuisiner les substituts de viande s’avère également une solution économique ! Œufs, tofu, légumineuses … Osez cuisiner ces sources de protéines qui vous feront économiser …!

Des substituts de viande économique ;

tableau

L’œuf ; un aliment passe partout qui se cuisine en un tour de main ! Frittata, omelette, quiche … les possibilités sont infinies ! Cassez des œufs, ajoutez – y les légumes que vous avez sous la main, des fines herbes séchées, un peu de fromage et le tour est joué !

Populaires pour leur côté pratique, économique et prêtes à l’emploi, les légumineuses en conserves sont d’importantes alliées à conserver dans votre garde-manger. Étant riches en fibres alimentaires et en protéines, elles sauront ajouter un «plus»  à vos soupes et salades !

Du tofu au menu ! Sauté au poêlon, cuit au four, sur le gril ou à la mijoteuse le tofu se cuisine de mille et une façons ! La règle d’or pour cuisiner le tofu ; c’est l’assaisonnement ! En soi le tofu a plutôt un goût neutre, alors pour que vos recettes soient délicieuses et savoureuses, le secret est de le faire mariner et/ou l’assaisonner avant de le cuisiner…

Les légumineuses et le tofu vous intimident ? Allez-y graduellement ! Vous connaissez le principe du moitié – moitié ? Il suffit de diminuer de moitié la quantité de viande dans vos recettes et de la remplacer par une quantité équivalente de tofu ou de légumineuses. Par exemple, lorsque vous ferez votre prochain pâté chinois, remplacez la moitié du bœuf haché par des lentilles brunes, ou remplacez la moitié de la viande hachée dans votre recette de sauce à spaghetti par du tofu ferme émietté et le tour est joué !

Pour plus d’inspirations …

Par Véronique Isabelle, conseillère en nutrition au Blé d’Or

Trucs & astuces pour cuisiner la dinde du temps des fêtes !

L’un des incontournables du réveillon de Noël est sans contredit la dinde ! Voici donc quelques astuces à savoir pour réussir en un tour de main cette traditionnelle dinde du temps des fêtes !

À l’achat, sachez qu’on retrouve sur le marché différentes options ; assaisonnée, nature, farcie, non farcie, fraiche ou surgelée … Vous avez l’embarras du choix…

Vient ensuite le temps de cuisiner !

Première étape ; la décongélation ! Attention ! On ne décongèle jamais une dinde sur le comptoir. En fait, lorsque la décongélation se fait à la température ambiante, ce sont les surfaces extérieures de l’aliment qui  dégèlent en premier et cela favorise le développement des bactéries.

La meilleure technique ; la décongélation au réfrigérateur

  • -Laisser la dinde dans son emballage ;
  • -Déposer la dinde dans un récipient sur la tablette du bas du réfrigérateur, afin que le jus qui s’écoule ne contamine pas les autres aliments ;
  • -Prévoir au moins 5 heures de décongélation par livre (454 g) ;
  • (Ex. il faudra environ 24 heures pour décongeler une dinde de 5 livres).

Une autre technique possible ; la décongélation à l’eau froide

  • -Laisser la dinde dans son emballage ;
  • -Placer la dinde dans un grand récipient ou dans le lavabo ;
  • -Recouvrez-la complètement d’eau froide ;
  • -Changer l’eau toutes les heures ;
  • -Prévoir au moins 1 heure de décongélation par kilogramme (2.2 livres).

Du congélateur … au four ?  C’est possible !

Effectivement, outre le fait qu’on retrouve sur le marché des dindes surgelées « cuire congelé », n’importe quel type de dinde surgelée peut être mise directement au four sans pour autant avoir été préalablement décongelé. Sachez toutefois que le temps de cuisson sera un peu plus long que prévu …

La cuisson de la dinde en quelques étapes simples …

  • -Préchauffer le four à 165 °C (330 °F);
  • -Retirer la dinde de l’emballage ;
  • -Déposer la dinde dans une rôtissoire ;
  • -Insérer un thermomètre à cuisson ;
  • -Couvrir, si la peau de la dinde brunit et s’assèche trop rapidement ;
  • -Cuire au four selon le temps de cuisson recommandé sur l’emballage.

** Notez qu’on estime le temps de cuisson de la dinde en calculant environ 45 minutes par kilogramme (2.2 livres) de dinde crue décongelée.

Le secret pour échapper à une dinde trop cuite ; le thermomètre à cuisson ! En effet, afin de savoir si la dinde est prête, votre meilleur allié demeure le thermomètre. Avant de débuter la cuisson, insérez-le dans la partie la plus charnue de la dinde et lorsque la température interne atteint 82°C (180°F) ; la dinde est prête !

Une fois la cuisson terminée, couvrez la dinde d’un papier d’aluminium et laissez-la  reposer une vingtaine de minutes avant de la servir pour permettre aux jus de cuisson de se repartir, cela rendra votre dinde plus juteuse et savoureuse.

L’heure du réveillon à sonné; maintenant il ne reste  plus qu’à vous régaler !

Joyeuses fêtes !

Par Véronique Isabelle, Conseillère en nutrition au Blé d’Or

L’Art de cuisiner à la mijoteuse !

La mijoteuse ; vous connaissez ?

Cet appareil électrique vous permet de gagner du temps en cuisine ! Vous n’avez qu’à mettre tous les ingrédients dans «ladite » mijoteuse, démarrer l’appareil et le tour est jouer !  Votre repas cuira lentement toute la journée et hop à votre retour à la maison, le souper est déjà prêt !

Pour gagner encore plus de temps, la veille, vous pouvez ajouter tous les ingrédients de la recette dans le récipient de la mijoteuse et le conserver au réfrigérateur. Ainsi, le lendemain, il ne vous restera plus qu’à la brancher …

Pour les amateurs de congélation, vous pouvez également prendre de l’avance et congeler tous les ingrédients nécessaires pour une recette, de bœuf bourguignon par exemple, dans un sac à congélation et ainsi, vous aurez toujours des repas prêts pour la mijoteuse à la portée de la main !

Les coupes de viandes coriaces à l’honneur !

Rôtis de palettes, rôtis d’épaule, cubes à ragoût … ces pièces de viande reconnues comme étant plus coriaces, mais souvent plus économiques sont idéales pour  la cuisson à la mijoteuse.

En fait, ces coupes de viande contiennent une plus grande quantité de collagène, soit le tissu qui enveloppe chaque muscle des animaux. C’est pourquoi ces pièces de viande sont plus coriaces et plus difficiles à mastiquer.

Mais, magie ! Une cuisson lente et à feu doux, dans un milieu humide tel ce qu’offre la mijoteuse, permet de transformer le collagène en gélatine, ce qui rend la viande parfaitement tendre. C’est le secret !

Mille et une recettes à cuisiner !

 

Couramment utilisée pour cuisiner des plats mijotés, des bouillis, des ragoûts… La mijoteuse a plus d’un tour dans son sac ! Soupe, chili, sauce à spaghetti, lasagne, pain de viande, compote de pommes, confiture … les possibilités sont infinies ! À vous de jouer !

Enfariner et brunir la viande ; le secret pour une bonne sauce !

 

Avant d’ajouter la viande dans la mijoteuse, prenez quelques minutes pour enfariner et dorer les morceaux de viande dans une poêle légèrement huilée.  Ainsi, le fait du brunir la viande, apportera encore plus de saveurs a votre recette.

Par la suite, déglacer le fond de la poêle avec un peu d’eau ou du bouillon et ajouter le tout dans la mijoteuse. Cette étape est facultative, mais cela rendra votre plat encore plus goûteux et savoureux !

Trop de liquide dans votre mijoté ?

La cuisson de votre plat est terminée, mais vous trouvez qu’il reste encore beaucoup trop de liquide ? Vous pouvez enlever le couvercle de la mijoteuse et poursuivre la cuisson encore quelques minutes pour favoriser  l’évaporation du liquide en trop. Autre truc fort simple, vous pouvez simplement ajouter à votre liquide de la fécule de maïs délayée et voilà, en deux temps trois mouvements votre sauce sera plus onctueuse.

À votre mijoteuse, prêt, cuisinez !  Bon automne !

Par Véronique Isabelle, Conseillère en nutrition au Blé d’Or

 

Cet automne ; apprenez à cuisiner les courges !

L’automne venu, la saison des courges et des citrouilles bat son plein ! Étant polyvalentes, économiques, savoureuses et nutritives les courges gagnent à être connues ! Découvrez comment cuisiner ces légumes encore méconnus !

APPRENEZ À CUISINER LES COURGES !-1

1 Courge ; 3 méthodes de cuisson …

 

Cuisson au four

La pelure de votre courge est trop coriace ! Vous n’arrivez pas à l’éplucher ?

Voici trois étapes bien simples, qui vous faciliteront grandement la tâche…

  1. Couper la courge en deux, retirez les graines.
  2. Déposez-la sur une plaque à cuisson.
  3. Cuire au four à 350 °F de 30 à 60 minutes.

Une fois le temps de cuisson écoulé, utilisez une cuillère pour détacher la chair de la peau et le tour est joué.

Cuisson à l’eau bouillante

Si votre courge n’est pas trop grosse, et que vous arrivez à la couper, vous pouvez opter pour la cuisson à l’eau bouillante. Plonger les cubes de courges dans l’eau et cuire de 10 à 20 minutes selon la grosseur des cubes.

Cuisson au four à micro-ondes

La courge spaghetti, vous connaissez ? Une fois cuite, la chair de cette courge ressemble drôlement à des petits spaghettis.

Pour la cuisiner, il vous suffit de couper la courge en deux sur le sens de la hauteur, retirez les graines, déposez-la dans un plat allant au four à micro-onde, ajouter un fond d’eau et cuire de 10 à 15 minutes. Par la suite, à l’aide d’une fourchette détachez la chair. Il ne vous reste plus qu’à ajouter une louche de sauce à spaghetti et le souper est servi !

1 Courge ; mille et une possibilités de recettes …

Voici donc quelques idées pour intégrer la courge à vos recettes !

  1. Ajouter des tranches de courges dans un gratin de légumes racines.
  2. Ajouter des rondelles de courgettes dans votre sauté de légumes.
  3. Ajouter des cubes de courges dans les mijotés.
  4. Remplacer les pommes de terres dans les potages par de la courge.
  5. Remplacer une partie des matières grasses dans vos recettes de muffins par de la purée de courge.

Saviez-vous que les graines de courges se cuisinent ? Alors, ne les jetez pas ! Lavez-les, asséchez-les, déposez-les sur une plaque à cuisson,  ajoutez  un filet d’huile, quelques épices et mettez le tout au four à 350 °F  environ 15  minutes.

L’utilisation des courges en cuisine est infinie ! Laissez aller votre imagination !

Bon automne  et bon appétit !

Par Véronique Isabelle, Conseillère en nutrition au Blé d’Or

 

 

 

 

Septembre ; le retour de la boîte à lunch !

Septembre ; synonyme de rentrée scolaire ! Qui dit retour en classe pour les élèves dit retour de la boîte à lunch pour les parents !

À tous les parents dont le manque d’inspiration et le manque de temps se font ressentir chaque matin, pas de panique ! Voici 4 astuces à intégrer dans votre routine pour rendre la préparation des lunchs plus efficace et comme par magie vous gagnerez un temps fou ! À vous de jouer !

Planifiez vos achats

La planification est la clé du succès ! Prenez quelques minutes avant votre visite à l’épicerie pour prévoir les achats à faire pour les lunchs des enfants cette semaine. Aussi simple que cela puisse paraître, établir une liste d’épicerie vous fera sauver un temps précieux.

Rien ne vaut un réfrigérateur et un garde-manger rempli d’ingrédients essentiels pour faciliter la préparation des lunchs : yogourt, barre tendre, fromage, fruits, légumes … chaque semaine faites le plein de ces aliments passe-partout !

Cuisinez

Le truc qui vous facilitera énormément la tâche; prendre de l’avance !

Vous préparez les légumes pour le souper ? Coupez en un peu plus et vous aurez des crudités pour la semaine. Vous faites cuire des poitrines de poulet, du filet de porc ou du poisson ? Même chose, faites en cuire un peu plus et transformez le tout en garniture à sandwich ! Vous ferez ainsi une pierre deux coups en préparant à la fois votre souper et les lunchs du lendemain.

 

Soyez prévoyant

 Le matin, difficile de jongler entre le petit déjeuner,  la préparation des lunchs et la routine des enfants. Soyez prévoyant, préparez les lunchs la veille ! Que ce soit la bouteille d’eau, les crudités, le sandwich et les collations, rassemblez le tout au réfrigérateur. Ainsi, le lendemain matin vous vous sentirez moins pressé et le lunch des enfants sera prêt en deux temps trois mouvements. En prenant cette habitude, vous direz donc adieux aux lunchs monotones et ennuyants.

 

Repas en banque

Vous avez des surplus de chili, de potage, de pâté chinois… ?  Congelez-les en portions individuelles. Et voilà sans le savoir vous aurez des repas prêts à emporter pour les jours où l’inspiration n’y est pas !

Sinon, le thermos vous connaissez ? Ô combien pratique, le thermos vous sauvera la vie lors des pannes d’inspiration ! Simple comme tout à utiliser, il ne suffit que de quatre étapes, et le tour est joué !

1.Préchauffer le thermos en le remplissant d’eau bouillante.

2.Fermez le couvercle et attendez 10 minutes.

3.Pendant ce temps, faites chauffer le repas.

4.Videz l’eau, transvidez le repas et refermez le thermos.

Voilà, l’heure du diner venue, vos enfants se régaleront !

Bonne rentrée scolaire !

Par Véronique Isabelle, Conseillère en nutrition au Blé d’Or

Vos 4 meilleurs alliés pour la saison estivale !

En cette période estivale, profitez des fruits et légumes de saison et des récoltes de votre jardin pour faire le plein de fraîcheur ! Les petits fruits, les légumes & les fines herbes fraîches seront vos meilleurs alliés en cuisine cet été, tandis que l’eau sera votre allié pour éviter les coups de chaleur et la déshydratation !

  • Les petits fruits !

Pour leur fraîcheur, leurs couleurs et leur aspect santé; les fraises, les framboises et les bleuets sont un incontournable de la saison estivale ! Ajoutez-les dans un yogourt, un smoothie ou dans une salade de fruits !

Considérant que l’abondance de petits fruits est au rendez-vous alors pourquoi ne pas en profiter pour en faire des réserves au congélateur. Il suffit de disposer vos petits fruits sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier ciré et de la mettre au congélateur pendant quelques heures. Une fois congelé, il ne restera plus qu’a mettre les fruits dans des sacs de congélation et le tour est joué !

  • Les légumes !

 

Les légumes sont à privilégier cet été ! Saviez-vous que les légumes sont composés d’environ 90 % d’eau ? Étant riches en eau, ils sauront vous hydrater et vous rafraîchir tout au long de cette saison chaude et ensoleillée.

Cuits ou crus, en salade ou en crudité, en sauté ou en papillote les possibilités sont multiples, à vous de jouer ! En été, les salades débordantes de légumes sont souvent à l’honneur. Assurez-vous toutefois d’y ajouter une source de protéines afin que votre repas soit suffisamment nourrissant.

  • Les fines herbes fraîches !

 

Que ce soit dans une salade, dans des pâtes, en trempette ou dans une marinade, les fines herbes sauront ajouter une touche de fraîcheur et de saveur à vos recettes estivales !

Difficile de les conserver plus que quelques jours ? Enveloppez vos bouquets de fines herbes coupées dans un papier humide puis dans un sac de plastique et conservez-les au réfrigérateur de 4 à 5 jours.

Vous avez un surplus de fines herbes ? Hachez-les et déposez-les dans des bacs à glaçon.  Par la suite, ajoutez suffisamment d’huile d’olive ou de bouillon de légumes pour les recouvrir et congeler le tout ! Vous aurez ainsi des fines herbes tout au long de l’année que vous pourrez ajouter à vos recettes du moment. Notez que, lorsque vous les utiliserez évitez de les décongeler avant, ajoutez-les directement dans vos recettes, car sinon elles noirciront et ramolliront.

  • L’eau !

 

Entre les vacances en familles, la panoplie d’activités à l’extérieur et le travail, n’oubliez pas de rester bien hydraté ! Considérée comme étant un incontournable pour vous rafraichir et étancher votre soif, l’eau est à favoriser cet été !

Vous ne raffolez pas de l’eau ? Ajoutez-y  une touche de saveur ! Que ce soit des rondelles de concombre, des tranches d’agrumes, des feuilles de basilic, des cubes de melon ou des baies tout rendra votre simple verre d’eau complètement rafraîchissant et désaltérant.

Bon été !

Par Véronique Isabelle, Conseillère en nutrition au Blé d’Or

5 astuces pour réussir son barbecue !

Qui dit beau temps, chaleur et soleil dit assurément barbecue ! Voici donc 5 astuces pour réussir son barbecue sans soucis !

   1. Préchauffez le barbecue !

Une étape à ne pas négliger ; préchauffer le barbecue ! Prévoyez allumer votre barbecue environ 15 à 20 minutes avant de commencer la cuisson. Cette étape peut sembler banale, mais ô combien importante.

Un petit truc, avant de déposer vos pièces de viande sur les grilles, prenez soin de les frotter  à l’aide d’un essuie-tout imbibé d’huile, ainsi cela évitera aux aliments de coller.

   2. Préparez les aliments !

Que ce soit en papillotes, en brochettes ou cuites directement sur les grilles, optez pour des coupes de viande maigres et retirez le plus possible tout le gras visible…

Outre la viande rouge, mille et une options s’offrent à vous. Poissons, fruits de mer, brochettes de tofu mariné, légumes,  ananas, mangues, melons d’eau, avocats … Osez la variété et laissez aller votre imagination !

Cuire des légumes au barbecue, c’est très simple !  Asperges, carottes, courgettes, haricots, patates douces, champignons … tous est possible et délicieux. Il suffit de les badigeonner d’huile d’olive et de les assaisonner avec les herbes et les épices de votre choix, et le tour est joué.

   3. Attention lors des manipulations !

Lors de la cuisson de vos aliments, plus spécifiquement les pièces de viande, évitez le plus possible de les presser avec une spatule dans le but d’en faire sortir le gras. En fait, en pressant les viandes, celles-ci perdent leur jus de cuisson, ce qui les rendra plus dures et sèches. Pour les mêmes raisons, plutôt que d’utiliser une fourchette pour retourner votre viande, utilisez préférablement des pinces ou une spatule.

Tout au long de vos manipulations, redoublez de prudence afin d’éviter tout risque de contamination croisée possible. Gardez en tête, que tout ce qui a touché à la viande crue ne doit jamais entrer en contact avec la viande cuite !

Prenez garde aux marinades ! Ayant été en contacte avec de la viande crue, ne servez pas cette même marinade comme sauce d’accompagnement. Truc pratico-pratique : doublez votre recette de marinade, ainsi la moitié servira à badigeonner la viande crue et l’autre pourra être utilisé comme sauce d’accompagnement, tout en évitant le risque de contamination.

   4. Laissez reposer la viande !

Pour une viande juteuse et tendre, LE truc ; laissez reposer la viande. En fait, une fois cuite, retirez la viande du barbecue, déposez-la dans une assiette et enrobez-la d’un papier d’aluminium. Ainsi, laissez-la reposer de 5 à 10 minutes. Ce temps de repos permettra aux jus de cuisson de se répartir dans la viande et évitera qu’elle s’assèche.

   5. Nettoyez les grilles du barbecue !

Une fois la cuisson terminée, pour une question d’hygiène et de salubrité, prenez quelques minutes pour nettoyer les grilles du barbecue afin de déloger les restes de nourritures qui auraient collé …

Bon barbecue !

Par Véronique Isabelle, Conseillère en nutrition au Blé d’Or

Les toxi-infections alimentaires; vous connaissez ?

Escherichia coli, Clostidium botulinium, Salmonellose, Listériose; des bactéries à redouter en cuisine ! Responsable des  toxi-infections alimentaires, ces micro-organismes pathogènes occasionnent plusieurs symptômes que vous préférez de loin éviter.

Mais qu’est-ce qu’une toxi-infection alimentaire ?

Communément appelé « empoissonnement alimentaire », cela se définit par un ensemble de malaises ressentis par une personne suite à l’ingestion d’un aliment contaminé par un micro-organisme pathogène.

Contrairement à la croyance populaire, saviez- vous que la plupart des cas de toxi-infections alimentaires surviennent généralement à la maison ?

En effet, un entreposage inadéquat, une cuisson insuffisante, des habitudes hygiéniques déficientes, sont souvent à l’origine d’une intoxication alimentaire. Pouvant être facilement évitées, voici quelques conseils à mettre de l’avant à la maison pour limiter les risques possibles  …

1- Assurez-vous de conserver vos aliments périssables au réfrigérateur à une température maintenue entre 0°C à 4°C. Ainsi, la multiplication des micro-organismes est ralentie.

2- Ne décongelez jamais un aliment sur le comptoir. Lorsque la décongélation se fait à la température ambiante, ce sont les surfaces extérieures de l’aliment qui dégèlent en premier. Étant exposées trop longtemps à des températures favorisant le développement des bactéries, ces derniers en profiteront pour se multiplier à vitesse grand V.

3- Procurez-vous un thermomètre à cuisson, ce dernier deviendra très vite votre meilleur allié. En effet, une cuisson adéquate permet de réduire à un niveau sécuritaire les bactéries nuisibles qui peuvent se retrouver dans vos aliments. Or, assurez-vous de cuire vos aliments jusqu’à ce qu’ils aient atteint les températures sécuritaires de cuisson recommandées…

tableau

La contamination croisée; vous connaissez ?

En fait, une contamination croisée se produit lorsque les bactéries d’un aliment contaminé entrent en contact avec un aliment sain. Si l’aliment nouvellement contaminé est un aliment cuit ou prêt à manger, il y a un risque possible d’intoxication alimentaire, puisque considérant que ce dernier  ne subira pas de cuisson, malheureusement, cela ne permettra pas de détruire les micro-organismes présents dans l’aliment contaminé.

La contamination  peut également être causée indirectement par les mains, les ustensiles, les planches à découper et  les surfaces de travail.  Alors, redoubler de prudence pour éviter tous symptômes désagréables issus d’une intoxication alimentaire.

-Lavez-vous régulièrement les mains soit avant de manipuler les aliments et chaque fois qu’il y a un risque de contamination

-Utilisez une planche à découper pour les légumes et les fruits et une autre pour les viandes crues

-Utilisez le plus possible, des ustensiles différents pour manipuler les viandes crues et les viandes cuites

-Lavez régulièrement vos serviettes et vos linges à vaisselle. Mine de rien, ces dernières peuvent transporter une panoplie de micro-organismes indésirables

-Nettoyez couramment les surfaces de travail et les ustensiles utilisés

Restez vigilant, car mieux vaut prévenir que guérir … !

Par Véronique Isabelle, Conseillère en nutrition au Blé d’Or

Les fibres alimentaires ; vos alliées pour une meilleure santé !

Les fibres alimentaires, vous connaissez ? Reconnues comme étant bénéfiques pour la santé, les fibres alimentaires sont à privilégier ! Uniquement présentes dans les végétaux, faites le plein de fruits et légumes, de noix et graines, de légumineuses et de produits céréaliers à grains entiers !

Les rôles des fibres alimentaires en quelques mots …

-Elles prennent du volume dans l’estomac, ce qui favorise la satiété (un sentiment que l’on ressent après avoir mangé, lorsqu’on n’a plus faim)

-Elles ralentissent le processus de digestion, ce qui prolonge la sensation de satié

-Elles contribuent à l’augmentation du poids des selles, ce qui favorise une bonne régularité et prévient également la constipation

Saviez-vous qu’en moyenne, au Canada la population consomme la moitié moins de fibres que ce qui est recommandé[1] ? En effet, on estime que la consommation actuelle de fibres varie entre 13 g et 19 g par jour. Alors que normalement, la recommandation pour un homme est de 35 g de fibres par jour tandis qu’une femme doit consommer quant à elle 25 g de fibres quotidiennement.

Vous ne consommez pas suffisamment de fibres par rapport à la recommandation ? Nul besoin de changer vos habitudes alimentaires du tout au tout, il suffit  de bonifier votre alimentation de tous les jours d’aliments riches en fibres et le tour est joué ! Toutefois, il est recommandé d’augmenter graduellement votre apport en fibres alimentaires et de vous hydrater suffisamment et régulièrement ! Ainsi vous laisserez le temps à votre système digestif de s’adapter et cela vous évitera du même coup les problèmes digestifs désagréables et les inconforts possibles.

Voici donc 6 trucs simples pour augmenter graduellement votre apport quotidien en fibres alimentaires !

LES FIBRES ALIMENTAIRES; VOS ALLIÉES POUR UNE MEILLEURE SANTÉ - AVRIL 2017-2

Vous avez maintenant tout en main pour augmenter graduellement votre apport en fibres alimentaires. À vous de jouer … pour une meilleure santé !

Par Véronique Isabelle, Conseillère en nutrition au Blé d’Or

[1]. CANAL VIE La santé par les fibres [En ligne]  http://www.canalvie.com/sante-beaute/nutrition/infos-et-conseils/le-pouvoir-des-fibres-alimentaires-1.1074168